Grand Prix de l’Horlogerie de Genève : vivre l’expérience Red Carpet avec Chopard

Parmi les fantasmes idéalisés des fashionistas, fouler de ses stilettos un Red Carpet figure en très bonne place. Et si de plus, c’est en portant des bijoux que s’arrachent les stars d’Hollywood, le projet se retrouve bien plus haut encore sur la liste des souhaits à exaucer. Presque à dépasser l’idée de prendre un Nespresso avec Mister What Else ou de contempler un défilé assise avec Madame Vautour – euh Wintour je voulais dire Wintour! Donc en attendant de pouvoir tremper mes lèvres en compagnie de George et d’une capsule de métal colorée dans un paradis cotonneux ou John Malkovich tiendrait ma soucoupe, quelle sublime soirée n’ai-je pas vécu au Grand Prix de l’Horlogerie de Genève! La maison Chopard m’a en effet offert bien plus qu’un trésor, quelque chose d’infiniment plus précieux, bien qu’immatériel : le privilège d’une expérience.

De Cannes au Kodak Theater, on les contemple à longueur de saisons cinématographiques ces belles qui nous font rêver sur grand écran puis d’une cérémonie de remise de prix à l’ autre. On observe leurs toilettes, leurs mises et leurs parures. Toujours plus étincelantes! Et en fermant les yeux, on s’imagine nous aussi vivre un instant cet émerveillement: du velours écarlate à même le sol, une place assise dans les premiers rangs, des photographes et des fontaines de champagne. Et c’est en les rouvrant en backstage de l’évènement, dans ma robe de dentelle rouge, que pour moi le songe est devenu ici réalité. En passant à mon cou et à mon poignet, de somptueuses réalisations joaillères, pour aller parader de l’entrée à mon fauteuil d’orchestre en rangée numéro 4, assise juste derrière ce qu’il se fait de plus chics et plaisants en CEO. Et pour l’anecdote, la télévision Suisse est même venue me demander qui j’étais et si c’était moi la présentatrice de la soirée! Tandis que les gens se passaient le mot : « Adriana est en robe rouge à l’entrée ». Hey non ce n’était que moi, mais pas peu fière : sûrement le double effet KissKool des bijoux Chopard! Du rêve en grand sur tapis rouge donc! Avec beautiful people et flashs crépitants, pour une cérémonie de remise de prix comme on en voit qu’à la télé: de quoi garder en moi une petite fille émerveillée. Et c’est justement le thème du Cinéma qui rythmait cette année la cadence de cette remise de récompenses présentée avec humour par Frédéric Beigbeder et la superbe Adriana Karembeu (bijoutée également par Chopard) assistés tous deux pour la partie technique du plus brillant des journalistes horlogers, un modèle de plume, un mentor, Gregory Pons.

Je vous passe donc les filles les considérations mécaniques sur les montres de ces messieurs qui resteront hermétiques à notre compréhension esthétique, mais toutefois je vous invite à retenir plusieurs faits qui m’enchantent.
Tout d’abord la palme de la montre d’Art, remise à Chopard pour une véritable merveille joaillère, un tourbillon exquis complètement serti issue de la splendide collection Impériale dont je vous parlais plus tôt ce mois-ci.
Ensuite la montre dame, où Chanel remporte le prix avec un garde-temps qui représente pour moi l’infinie féminité, une pièce qui m’émeut aux larmes, et comme je vous en parlais ici même en Janvier, représente depuis mon adolescente la quintessence de la réussite féminisé, entre Cambon et Vendôme: celle de porter une céleste Première. Monsieur Beau : quelle est belle votre montre!
Enfin la place des femmes elles-mêmes au sein de ce Grand Prix, avec la récompense que vient saluer le travail émérite de Conceptrice-Horlogère de Carole Forestier Kasapi de la maison Cartier, dont la passion de créer et la disponibilité à expliquer ses talents sont des richesses à souligner.
Et puis une autre satisfaction aussi, celle de compter trois femmes inscrites dans le jury quand l’année dernière je m’insurgeais qu’il n’y en ait pas une et que les pièces dames soient si mal notées et représentées. Quel délice ce Grand Prix ne fut-il pas pour la féminité!
Mais ne croyez-pas que je sois à ce point féministe, quand je me plais à voir deux fois monter sur scène Maximilian Büsser CEO épatent et séduisant de MB&F, de projeter l’achat de la Pilot de Jean-Frédéric Dufour brillant CEO de Zenith, de shooter les Converse rouge du talentueux Vincent Perriard CEO de HYT ( j’ai les même!), d’écouter Eric Giroud bercer les rêves de toute l’Horlogerie ( on l’écouterait des heures durant!) et de me délecter des propos historiques (je suis licenciée en Histoire) de Jean-Christophe Babin dynamique et heureux CEO de Tag Heuer! Que des hommes d’une grande valeur, qui font les montres que nous aimons mesdames!

Alors, de photos avec Madame la Barone de Rothschild (dont j’ai appris l’étiquette) en poses avec Richard Mille dont je bénis les prouesses horlogères, Jean-Marc Wiederrecht dont vous savez maintenant qu’il est mon marionnettiste préféré, avec le vénéré Carlo Lamprecht ou le très respecté Jean-Daniel Pasche, avec les génies doués Guillaume Tetu CEO de Hautlence, Marc Jenni de Nobletime, et François Xavier Mousin de Worldtempus, j’ai quand même trouvé le temps de passer un moment avec des filles formidables du domaine horloger: Raphaella, Bénédicte et Valeria de Chopard, Estelle de Delaneau, Isabelle de Fiedler, Sophie de Révolution, Roxane de Swiss Clarity & Cut et Nathalie, ex-CEO de DeWitt en charge d’un nouveau fabuleux projet.
Et ce que j’aime le plus dans ces soirées, au retour de la magie qui s’évanouit, quand le carrosse se transforme en citrouille, que la lumière s’éteint et qu’il n’est plus possible de faire un pas de plus dans de vertigineux talons, c’est ce quelque chose qui dure longtemps, qui gonfle le cœur et continue de faire briller les yeux, qui se meut par les échanges et les partages, particulièrement cher et recherché dans l’horlogerie comme dans tout milieu où la création est exigeante de perfection, qui n’est pas tangible et qui est pourtant très fort, c’est ça : l’émulation!

★★★

Les Résultats :

6 réflexions sur “Grand Prix de l’Horlogerie de Genève : vivre l’expérience Red Carpet avec Chopard

  1. J’adore..mais je n’ai pas vu de description de la robe. Oû l’avez-vous dénichée?

  2. Quel dommage! Je me voyais déjà enfiler cette robe magnifique… Faites-moi signe lorsque vous viderez vos placards 😉

  3. Très belle robe et effectivement la faire faire sur mesure évite les fautes de goût. J’aime aussi bien porter du route en soirée, c’est une couleur forte, qui nous sort du noir traditionnel. Je me contente parfois d’une seule pièce par exemple une très belle étole sur un combi chemisier pantalon noir – surtout en été, ou alors une belle veste rouge sur du noir, ou alors la même chose en remplaçant le rouge par un bel orange. Mais au Grand Théâtre je n’aimais pas porter du rouge, j’avais l’impression d’être toujours à côté du rouge des grands tapis, du rideau de scène, des fauteuils, et je ne voulais pas jurer. Donc j’étais plus dans les combinaisons noir/blanc.
    Faites de beaux rêves

  4. Pingback: Les Stars et leur(s) Charlotte Olympia Dolly | Secrets Of Style

  5. Pingback: Gregory Pons about me : " best international watchmaking blogger" | Secrets Of Style

Qu'en pensez-vous?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s